Saint-Hernin

Histoire

Qui était Saint-Hernin ?

On sait peu de choses sur ce saint ermite. Albert Le Grand assure avoir tiré l'histoire de saint Hernin d'un vieux manuscrit conservé dans l'église de Locarn, une ancienne trève dépendant de Duault, aujourd'hui dans le canton de Callac. Hernin, en quête de solitude, comme bien d'autres, serait venu de l'île de Bretagne en Armorique. C'est dans la forêt de Duault, au coeur de l'Argoat, qu'il mena sa vie de solitaire. le seigneur du lieu, un Quélen, lui donna "autant de terre pour bâtir son ermitage qu'il pourrait enclore de fossés en un jour". Hernin prit son bâton, le traîna sur une demie-lieue autour du lieu choisi ; au passage du bâton, la terre s'amoncelait et formait un talus, ce qu'on appelait autrefois un fossé. Hernin y vécut en solitaire ; il y mourut vers 535, et son corps fut enterré dans son ermitage.

Les pèlerins affluèrent bientôt au tombeau de l'ermite, pour y vénérer ses reliques, un os de sa tête et un morceau d'humérus, conservés dans deux reliquaires d'argent. Ainsi naquit Locarn, loc-Hern, le lieu consacré par Hernin, le solitaire.

La commune

Saint-Hernin est un démembrement de la paroisse de Spézet. Le territoire de Saint-Hernin est une portion de la baronnie de Kergorlay ou Guergorlay et renferme le fief patronymique de Coatqueveran qui en était juveignerie.

Le château de Kergoat (1383), reconstruit peu avant 1403, était une des place-fortes les plus puissantes de la paroisse de Saint-Hernin. Le capitaine La Tremblaye l'assiège en vain en 1590. Kergoat passe par alliance à la maison du Quélennec, puis aux familles de Lesmais, de Perrien, Le Moyne de Trévigny, de Saint-Simon de Courcy, de Kergus et de Roquefeuil.

La paroisse de Saint-Hernin dépendait autrefois de l'évêché de Cornouaille. Elle devient commune durant la révolution

On rencontre les appellations suivantes : Sanctus Eherninus (vers 1330), Sanctus Herninus ou Sanctus Huerninus (en 1368) et Sainct Hernyn (en 1535).

Dans le passé les ardoisières de Saint-Hernin - "Sant Hern" en breton - ont joué un grand rôle, fixant une population d'ouvriers qui vivait en marge du monde paysan. Une ardoisière peut encore être visitée, ceci avec l'accord de son propriétaire Aujourd'hui la population est diverse.

Haut page

Augmenter la taille des caractèresréduire la taille des caractèresenvoyer à un amiimprimer la pageS'abonner au flux rssPartager cette information

Lettre d'information